Junkers Mistel

Junkers Mistel ; L'arme du désespoir

 

 

Ce fut au début de l'année 1941 qu'un pilote d'essais de Junker, Siegfried Holzbauer suggéra son idée au RLM (ministère de l'aviation allemande) de faire usage des carlingues du JU-88 tombé en désuétude en tant que bombe volante guidée vers sa cible par un appareil transporteur fixé sur son dos. Cette idée unique fut finalement approuvée deux ans plus tard et une série de vols d'essai commença en juin 1943.

Le compartiment d'équipage à l'avant de l'appareil du Ju88 fut remplacé par une énorme charge explosive de 1.8m. de diamètre pesant 3.5 tonnes, et un appareil transporteur Bf109 fut fixé au dos de la bombe à l'aide d'une superstructure DFS consistant en une paire de tripodes et d'un seul support d'aile.

La première conversion fut appelée Mistel 1. Il avait pour but d'attaquer la flotte britannique à Scapa flow en décembre 1944, mais l'opération fut reportée et finalement abandonnée. La seconde version, le Mistel 2 accouplé avec un FW-190A-6 fut complété en novembre 1944.

Un réservoir largable modifié avec une capacité de carburant augmentée fut fournie au FW-190 et le JU-88 transportait un réservoir à carburant conçu spécialement pour un vol longue distance pour parcourir le long trajet nécessaire à l'opération " Iron hammer " prévue pour mars 1945 pour une attaque de 100 Mistel 2 contre l'industrie d'armement soviétique, les centrales électriques comprises.

Le RLM (Reichsluftfahrtsministerium) se montra intéressé et Junkers  expérimenta au printemps 1943 une combinaison élaborée à partir d'un Ju-88A et d'un Messerschmitt Bf-109F, après avoir effectué des essais à partir d'un planeur DFS 230.

Ce système avait requis des techniques spéciales, en particulier des commandes électriques à partir desquelles le pilote placé dans le chasseur-guide pouvait piloter son porteur. L'avion-guide reposait sur des profilés en acier auxquels il était assujetti par des boulons explosifs.

Le décollage s'effectuait sur ses trois moteurs, le chasseur pompant son carburant dans le JU-88 afin d'avoir le plein pour son retour (ce dispositif ne fonctionna pas quand on utilisa des Focke-Wulf FW-190A qui utilisaient un carburant n'ayant pas le même indice d'octane).

Le vol s'effectuait à basse altitude pour échapper aux radars et, à quatre kilomètres de l'objectif, le "Vater und Sohn" montait jusqu'à 800m.  Lors de l'attaque, le pilote engageait l'ensemble dans un semi-piqué, avec une pente de 30°, à la vitesse de 650 km/h.

Une fois la cible bien verrouillée dans le collimateur, il engageait au moyen de ses commandes électriques le pilote automatique du Ju-88, faisait exploser le boulon explosif de l'étai arrière et plaçait son chasseur dans une position légèrement cabrée par rapport à l'avion porteur. Il lui restait à faire exploser les autres boulons pour se libérer et retourner à sa base.

Cette arme non conventionnelle séduisit suffisamment le haut commandement allemand pour que celui-ci  l'envisage pour des objectifs prestigieux: le port de Leningrad, Gibraltar et bien entendu Scapa Flow.

Junkers Mistel :

  • Moteur : 2 X Junkers Jumo 211 -J1 et 1 Daimler-Benz DB-601-e1
  • 2 X 1340 et 1 X 1300 Ch
  • 485 Km/h
  • 4000 Kg d'explosifs
  • 14815 Kg en charge
  • 7600 m de plafond pratique
  • 780 Km en distance franchissable
  • 1 Pilote

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×