Armstrong Whitley

Armstrong Whitley

 

L'Armstrong Whitworth AW38 Whitley est un bombardier bimoteur britannique de la Seconde Guerre mondiale. Entré en service en mars 1937, le Whitley fut un des premiers bombardiers lourds de nuit de la RAF et son premier appareil à revêtement travaillant (Le fuselage seulement, la partie arrière de la voilure étant entoilée).

Deux ans après avoir rédigé la Spécification B.9/32 qui donna naissance aux Vickers Wellington et Handley Page Hampden, L’Air Ministry lança un nouveau cahier des charges pour un bombardier de nuit bimoteur pouvant effectuer des missions secondaires de transport. La Spécification B.3/34 insistait sur la facilité de construction pour faciliter la production du futur appareil, dont le nombre de pièces devait donc être le plus faible possible. Cet appareil fut développé dans un temps record sous la direction de l’ingénieur en chef d’Armstrong-Whitworth, J. Lloyd, et baptisé du nom d’un quartier de Coventry où se situait la principale usine du constructeur.

Un réservoir de 700 litres était installé dans le fuselage, au dessus du longeron de voilure, les deux soutes ventrales étaient fermées par des portes en bois à revêtement métallique ouvertes par le poids des bombes larguées et se refermant grâce à des sandows. Ces portes de soute à bombes valurent au Whitley le surnom de Flying Barn Door (Porte d’étable volante).

L’équipage comprenait un pilote, un co-pilote-navigateur, un opérateur radio, un bombardier-mitrailleur avant et un mitrailleur arrière. Tracté par deux moteurs 14 cylindres en double étoile Armstrong Siddeley Tiger IX de 795 ch entrainant des hélices tripales de Havilland à pas variable, le premier prototype [K4586] effectua son premier vol le 17 mars 1936 à Baginton, piloté par A.C. Campbell Orde, chef pilote chez Armstrong-Whitworth.

Atteignant 309 km/h à 2 130 m, capable de grimper à 4 570 m en 27,4 minutes et de parcourir 2 000 km à 258 km/h à cette altitude, le Whitley répondait aux attentes de la RAF. Heureusement car 80 appareils avaient été mis en commande dès août 1935 pour rééquiper les unités de bombardement lourd. Le second prototype [K4587] fut remis au Royal Aircraft Establishment pour essais.

Dans la nuit du 19 au 20 mars 1940 trente Whitley V des No 10, 51, 77 et 102 Squadrons et 20 Handley Page Hampden du No Group bombardèrent la base d’hydravions de Hornum. Quand la Wehrmacht lanca son offensive à l’Ouest le No 4 Group bombarda la gare de Moenchengladbach.

Le 11 juin 1940 les Whitley des No 10, 51, 58, 77 et 102 Sqdns atteignirent des objectifs à Turin et Gênes, devenant les premiers appareils de la RAF à bombarder l’Italie. D’autres missions, tout aussi spectaculaires, furent réalisées sur des objectifs en Autriche, Tchécoslovaquie, Pologne. Le 29 avril 1942 un bombardement sur Ostende marqué la dernière utilisation du Whitley par le Bomber Command

Dès 1939 le rayon d’action exceptionnel du Whitley intéressa le Coastal Command et, après un détachement du No 58 Sqdn fin septembre, le bombardier commença à remplacer les Avro Anson du No 502 Sqdn d’Aldergrove pour les missions de surveillance maritime.

En mars 1941 le No 612 Sqdn, stationnant à Reykjavik, en Islande, fut équipé à son tour. Quelques mois plus tard arrivèrent au No 502 Sqdn les premiers Whitley VII. Le 30 novembre 1941 un Whitley VII du No 502 Sqdn détruisait dans le Golfe de Gascogne le U-206. C’était le premier sous-marin détruit par le Coastal Command, qui utilisera ce bimoteur en première ligne jusque fin 1942.

Retirés progressivement de première ligne, les Whitley continuèrent à rendre de bons services pour certaines opérations spéciales (parachutages divers à travers l’Europe occupée).

Armstrong  AW38 Whitley :

  • 2 moteurs Rolls Royce Merlin X
  • 2 X 1075 Ch
  • 367 Km/h
  • 4 Mitrailleuses 7.7 mm  3175 Kg de bombes
  • 12800 Kg en charge
  • 5356 m de plafond pratique
  • 2415 Km en distance franchissable
  • 5 Equipiers

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site