Arado Ar234

Arado Ar234 : Le premier bombardier a réaction

 

L’Arado Ar234 Blitz (éclair) est le premier bombardier à réaction à être entré en service dans une force aérienne.

Il fut conçu dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, et fut produit et utilisé en petit nombre, presque exclusivement dans des missions de reconnaissance ; cependant lors des quelques bombardements qu’il réalisa, il se révéla à l’abri de toute interception.
Pendant l’année 1941, le Reichsluftfahrtministerium demanda la conception d’un avion de reconnaissance à réaction avec une autonomie de 2150 kilomètres.

La société Arado fut la seule à répondre à la demande avec son projet E.370. L’avion était un monoplan conventionnel à aile haute, propulsé par deux réacteurs Junker Jumo 004, placés sous la voilure. La vitesse estimée était de 780 km/h et le rayon d’action de deux mille kilomètres.

Pour arriver à un tel rayon d’action, au vu de la consommation des premiers réacteurs, on décida de réduire la masse, en supprimant le train d’atterrissage, l’avion décollant sur un chariot à roue et atterrissant sur des patins sa mission accomplie. Les responsables de la Luftwaffe, bien que non satisfaits du rayon d’action, aimèrent quand même le projet et demandèrent à Arado, de fournir deux prototypes. Les cellules furent prêtes, bien avant la fin de l’année, mais les moteurs faisaient défaut.

Ce ne fut qu’en février 1943 que Junkers livra les premiers Jumo 004, et encore ceux-ci était si peu fiables que seule était autorisée l’utilisation au sol ; il fallut encore attendre le printemps pour que des moteurs aptes au vol soient fournis.

Le premier Ar 234 A0 vola donc pour la première fois le 15 juin 1943, mais dès septembre, trois autres l’avaient rejoint. Au total huit seront produits dont deux, les sixième (Ar 234V6) et huitième (Ar 234V8), motorisés par quatre BMW 003.En juillet, devant les performances prometteuses de l’avion, le RLM demanda à Arado d’en dériver un Schnellbomber (bombardier rapide) Ar 234B.

Comme le fuselage était rempli en particulier par les réservoirs de carburant, les bombes durent être emportées sur des pylônes externes, la vitesse étant alors réduite, n’étant plus que de 660 km/h, et on dut songer à doter l’avion d’un système de défense contre les chasseurs. On plaça alors deux canons mitrailleurs Mauser MG-151, de 20 millimètres, à l’arrière, que le pilote pointait au moyen d’un rétroviseur périscopique.

Par la suite, le système fut cependant jugé inemployable par la plupart des pilotes qui le firent démonter. L’usage des patins était aussi rendu impossible par les charges externes, et on dut équiper l’avion d’un train d’atterrissage tricycle classique.

La première utilisation de l’avion au combat eut lieu quand les deux prototypes V5 et V7 furent envoyés en France, le 25 juillet 1944, pour photographier la tête de pont alliée en Normandie, ce que les avions de reconnaissance ordinaires ne pouvaient plus faire.
Les premières missions de bombardement furent menées le soir de Noël 1944, en soutien de l’offensive des Ardennes. 9 Ar 234B, armés d’une seule bombe de 500kg sous le fuselage, s’en prirent à la ville de Liège. Plusieurs missions furent alors accomplies avant que le temps ne se dégrade début janvier.

La forte présence aérienne alliée, malgré sa faible vulnérabilité en vol, rend cependant les opérations très risquées. Au début janvier, alors qu’ils atterrissent sur l’aérodrome où ils viennent d’être transférés, 18 Ar 234 sont coiffés par des Spitfire, qui en détruisent 3 et en endommagent 2 autres, tuant 2 pilotes allemands.

Néanmoins, quand le temps s’améliore, les Ar 234 mènent autant de missions que possible au dessus des Pays-Bas et dans le cadre de la défense d’Aix la Chapelle. L’un d’entre eux sera capturé au sol, le 24 février, après qu’il eut été contraint par un P-47 à atterrir en catastrophe avec ses moteurs en panne.

La prise du pont Ludendorf à Remagen, sur le Rhin, va être l’occasion du plus gros emploi de l’Arado Ar234 comme bombardier.

Sur l’ordre d’Hermann Göring, tous les avions disponibles vont tenter de détruire le pont ; attaquant souvent à basse altitude, ils subiront des pertes sérieuses, en particulier du fait de l’artillerie antiaérienne, sans réussir à toucher l’ouvrage.

Arado Ar234 :

  • 2 réacteurs Junkers Jumo 004B-1
  • 2 X 900 Kg de poussée
  • 742 Km/h
  • 1500 Kg de bombes
  • 9850 Kg en charge
  • 10000 m de plafond pratique
  • 800 Km en distance franchissable
  • 1 Pilote 
arado-ar-234-a-blitz-bomber-02.png
arado-ar-234-b-blitz-bomber-01.png
arado-ar-234-on-ground-c1945.jpg
arado-ar-234-c-blitz-bomber-01.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site