Kawasaki Ki-60

Kawasaki Ki-60

ki-60.jpg600px-japan-air-self-defense-force-roundel-svg.png

La Kawasaki Ki-60 est un prototype de chasseur japonais de la seconde guerre mondiale, utilisant un moteur à refroidissement liquide Daimler-Benz DB601.

Ce fut à cette époque un choix inhabituel car la majorité des avions japonais utilisés des moteurs en étoile refroidis par air.

Le Ki-60 est conçu par Takeo Doi et son adjoint Shin Owada, ingénieurs chez Kawasaki, en réponse à une demande de l’armée impériale japonaise de 1939, demandant un chasseur lourdement armé et prévu pour utiliser une version produite sous licence du V12 Daimler-Benz DB601, renommé Kawasaki Ha-40.

L'accent est mis sur la vitesse élevée, un bon taux de montée, et un armement composé de canons. Cette demande est un changement des habitudes, car à l’époque, on recherche plutôt des appareils maniables, à la structure légère représenté par les Nakajima Ki-27 ou Ki-43.

Le premier prototype vole en mars 1941, équipé d’un moteur DB 601 de 1200 chevaux, car le Kawasaki Ha-40 n’est pas encore prêt. Il se présente comme un appareil tout en métal, monoplan ailes basse effilées aux extrémités arrondies construit autour d'un système de trois longerons, un treillis Warren pour le longeron principal et deux longerons auxiliaires.

Le radiateur principal du liquide de refroidissement a été logé dans un long tunnel ventral sous le fuselage central, tandis que le refroidisseur d'huile a été monté sous le moteur avec une prise d'air. L’appareil a une capacité d’emport de 410 litres de carburant.

L’armement se compose de deux mitrailleuses synchronisées Ho103, calibre 12.7 mm, montés au dessus du moteur et de deux canons allemand Mauser MG151/20 de 20 mm dans les ailes. Par la suite deux autres mitrailleuses Ho103 furent ajoutées dans les ailes.

Dès le début des essais en vol, il est apparu que la conception a été gravement viciée dans plusieurs domaines clés. La course au décollage est trop longue, l’avion affiche une certaine instabilité latérale et les commandes réagissent mal en vol.

L’armement lourd du Ki-60 pose un problème de charge alaire sur l’appareil, faisant passer celle-ci de 70 kg/ m² sur un avion comme le Nakajima Ki-27 a 181.76 kg / m².

De plus, le Ki-60 a une vitesse de décrochage très élevé et la vitesse de pointe affiche 550 km/h au lieu des 600km/h prévus.

Sur les deuxièmes et troisièmes prototypes furent allégés, avec notamment le remplacement des canons Mauser par des mitrailleuses Ho103. La surface alaire fut accrue.

Les essais en vol sont toujours décevants, les soucis du premier prototype n’étant pas totalement résolus. La vitesse passe a 560km/h et le taux de montée est encore bien en deçà des spécifications.     

A cette époque, le Nakajima Ki-44, qui avait également été conçu comme un intercepteur rapide, commençait à montrer ces capacités et le Koku Hombu (Le Service aérien de l'Armée impériale japonaise) choisi ce dernier.

Sa carrière se termine fin 1941. Les qualités du programme Ki-60, mais aussi ses défauts permirent le développement du Ki-61 Hien.

Kawasaki Ki-60 :

  • Moteur Daimler-Benz DB 601
  • 1200 Ch
  • 560 Km/h
  • 2 Canons 20 mm 4 Mitrailleuses 12.7 mm
  • 2750 Kg en charge
  • 10000 m de plafond pratique
  • 1000 Km en distance franchissable
  • 1 pilote 

ki60-3.jpgki60-2.jpg

ki60-1.jpg

ki6072sh-1.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×