L'US Air Force

US AIR FORCE

 

 

L’United States Air Force (US Air Force, USAF) est la branche aérienne des forces armées des États-Unis. Sa mission est la défense des États-Unis par le contrôle de l'air et de l'espace. Initialement connu comme l'United States Army Air Corps, le 18 septembre 1947 le National Security Act a eu comme effet de faire de l'USAF une branche distincte qui a repris les missions et effectifs auparavant confiés à U.S. Army Air Forces. Elle est la dernière branche de l'armée américaine à avoir été formée.

L’United States Army Air Corps (ou USAAC) est le nom de la force aérienne des États-Unis entre 1926 et 1941.

Créée le 2 juillet 1926 par décision du Congrès américain en remplacement de l'United States Army Air Service, première force aérienne américaine créée en 1917 à l'entrée en guerre des États-Unis. La création de l'USAAC résulte d'un compromis entre les partisans de la création d'une arme indépendante, comme l'étaient la Marine et l'armée de Terre, et ceux de la structure de commandement de l'US Army qui voyait l'aviation comme une branche auxiliaire, chargée de soutenir les troupes au sol.

Dans les années 1930, son importance grandit et elle deviendra l'United States Army Air Forces (USAAF) le 20 juin 1941, quelques mois avant l'entrée en guerre des États-Unis (bien que dissoute en tant qu'organisation, elle subsistera officiellement comme une branche de l'USAAF entre 1941 et 1947). Le démantèlement formel de l'USAAF, par décision du Congrès, ne fut pas lancé avant 1947 pour céder la place à une arme indépendante de l'US Army, l'actuelle US Air Force (USAAF).

L'attaque sur Pearl Harbor, base navale américaine située sur l’île d’Oahu, dans l’archipel d’Hawaii, au cœur de l'océan Pacifique, fut lancée par surprise le matin du dimanche 7 décembre 1941 par le Service aérien de la marine impériale japonaise contre la flotte américaine du Pacifique dans le port et d’autres forces qui stationnaient aux alentours.

Cette attaque s’inscrit dans la politique d’expansion impériale. L’anéantissement de la principale flotte de l'United States Navy devait permettre à l’empire du Soleil levant d’établir sa Sphère de coprospérité de la grande Asie orientale. Le Quartier-général impérial souhaitait également répondre aux sanctions économiques prises par Washington en juillet 1941 après l'invasion de la Chine et de l'Indochine française par l'armée impériale japonaise.

Les Japonais se croient à l'abri des bombardiers américains, qui n'ont pas un rayon d'action suffisant pour mener un raid. En effet, l'océan Pacifique est très vaste, et les Américains n'ont aucune base assez proche du Japon pour mener une mission de bombardement.

Cependant, les Américains souhaitent marquer les esprits et motiver l'effort de guerre. Depuis l'attaque sur Pearl Harbor, les mauvaises nouvelles s'accumulent et le moral des Américains est au plus bas. Les militaires désirent mener pour ces raisons un bombardement symbolique du Japon. Le lieutenant-colonel (et futur général) James H. Doolittle est chargé de monter cette opération exceptionnelle qui doit contredire les affirmations du haut commandement japonais qui disait que l'archipel resterait invulnérable.

L'idée était de faire décoller des bombardiers du porte-avions USS Hornet pour qu'ils bombardent le Japon et se posent en Chine. Le choix des cibles était délicat, il fallait éviter de répéter l'erreur des Allemands qui avaient attaqué Buckingham Palace et avaient renforcé la détermination des Britanniques. De ce fait, il fut décidé d'épargner le palais impérial et de se concentrer sur des cibles militaires ou industrielles

En 1942, les Japonais de l'amiral Isoroku Yamamoto veulent détruire la flotte américaine. En perdant la bataille de Midway le 5 juin 1942, l'amiral Yamamoto doit renoncer à une attaque contre l'atoll de Midway et voit le cours de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre du Pacifique se transformer.

Cette bataille intervient seulement un mois après la bataille de la Mer de corail. Elle mêla les compétences, l'audace et la chance en parts égales. L'attaque contre l'atoll de Midway, ainsi qu'une feinte organisée par une force japonaise limitée vers l'Alaska, devait attirer dans un piège la flotte des porte-avions américains qui avait été épargnée lors de l'attaque-surprise contre Pearl Harbor.

Le but de cette attaque, au-delà de venger le bombardement de Tokyo pendant le raid de Doolittle deux mois auparavant, était de renforcer significativement la ligne de défense Est du Japon, détruire la flotte américaine du Pacifique et autoriser une future invasion de Hawaii.

Les historiens n'ont pas su déterminer si une telle victoire aurait permis aux Japonais de se ruer sur la côte Ouest des États-Unis qui serait alors devenue essentiellement sans défense. Mais il est clair que la stratégie américaine qui incluait le déploiement d'une force considérable dans l'Atlantique Nord (soit de l'autre côté du monde) aurait dû être singulièrement révisée.

Le Japon n'avait peut-être pas l'intention de s'emparer de territoires américains et se serait peut-être contenté de conquêtes régionales, mais la transformation radicale de l'équilibre stratégique du monde aurait pu avoir des conséquences notables sur la suite de la Seconde Guerre mondiale et sur le théâtre européen (au moins un allongement de la guerre et peut-être une victoire de l'Axe).

Les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki ont eu lieu les 6 et 9 août 1945 à l'initiative des États-Unis après que les dirigeants japonais eurent décidé d'ignorer l'ultimatum de Potsdam. La cessation des hostilités fut effective 6 jours après. La Seconde Guerre mondiale se conclut officiellement moins d'un mois plus tard par la signature de l'acte de capitulation du Japon le 2 septembre 1945. Ce sont les seuls bombardements nucléaires ayant eu lieu en temps de guerre.

Nota: Les avions américains sont désigné sous une forme bien spéciale, notamment dans l'aéronavale, mais aussi dans l'USAF.

Cette désignation alphanumérique se constitue et se décrypte dans l'ordre suivant:

- Une ou deux lettres détermine la mission de l'avion.

- Un numéro d'ordre dans le type pour le constructeur désiré.

- Une lettre indiquant le constructeur.

- un tiret séparateur.

- Un numéro d'ordre indiquant la version.

- une lettre suffixe indiquant une configuration particulière.

Exemple:

Un Grumman XF7F-4N se décompose comme suit:

- Prototype de chasseur (XF) de la 4éme version(4) de nuit(N) du 7éme Chasseur(7) de la marque Grumman (F).

Liste des lettres désignant la mission de l'aéronef:

- A pour Assault ou Attack ( dans l'USAF), ambulance dans la Navy.

- B pour Bombardiers.

- BF pour Chasseur bombardier ( dans la Navy). 

- BT pour Bombardier torpilleur ( dans la Navy). 

- C pour convoyor = transport dans l'Usaf.

- F pour Fighter = chasseur.

- O pour observation ( dans la Navy). 

- OS pour avion éclaireur et observation ( dans la Navy). 

- P pour Patrouilleur ou Pursuit (interception et chasse).

- PB pour Bombardier patrouilleur( dans la Navy). 

- S pour Eclaireur ( dans la Navy). 

- SB pour Eclaireur-bombardier ( dans la Navy). 

- SO pour Observation-éclaireur ( dans la Navy). 

- T pour Torpilleur (dans la Navy) et Training= entrainement dans l'Usaf. 

- TB pour Bombardier -torpilleur ( dans la Navy). 

- TS pour Eclaireur- torpilleur( dans la Navy). 

La liste des lettres désignant les constructeurs comportant une centaine de noms, vous comprendrez que je ne peux la décrire ci-dessous, mais pour exemple:

- A pour Atlantic

- B pour Boeing

- C pour Curtiss

- D pour Douglas...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site