CANT Z.1018

CANT  Z.1018

cant-z-1018-leone.jpg200px-italy-royal-airforce-svg.png

Le CANT Z.1018 Leone (Lion) est un bombardier moyen des années 1940.

En 1939, la Regia Aeronautica (Force aérienne italienne) lance son Plan R (3000 avions), une campagne visant à augmenter rapidement sa force avec des avions modernes. A cette époque, l’Italie est impliquée dans la guerre sur deux continents, avec un équipement épuisé et n’ayant pas suivi les avancées technologiques.

Dans le cadre de ce plan, CRDA Cant, propose son Z.1015, une version modernisée et métallique du Z.1007, un bombardier moyen trimoteurs en bois de 1937.

La Regia Aeronautica est intéressée par le projet et demande a Cant de lui proposer une version bi moteurs. La proposition initiale de Cant pour la motorisation était composée de trois moteurs d’une puissance totale de 3000 chevaux et fut revu par l’utilisation de deux moteurs Alfa Romeo 135 RC.32 de 2800 chevaux combinés. Les performances resteraient donc comparables au projet de départ, tout en simplifiant la construction et en réduisant le poids total de l’appareil.

Cant propose trois variantes de l'avion de base, en utilisant différentes formes d'aile:

  • Bombardier rapide, équipé d'une aile de 50 m²
  • Bombardier lourd, doté d'une aile de 63 m²
  • Bombardier haute altitude, équipé d'une aile de 72 m²

Le nouveau dessin offre également la possibilité de réaliser un projet de soute interne à torpille, qui aurait été impossible avec le fuselage du  Z.1015 et un autre d’hydravion (désigné Z.514), en utilisant des flotteurs de Z.506.

Le 23 Février 1939, la Regia autorise la production de 32 avions Z.1018en apportant quelques modifications sur le projet initiale, en autres l’utilisation de moteurs Daimler-Benz DB 601 et en imposant une cadence sans précédent a CRDA Cant.

L’avion dans sa forme définitive est un bombardier moyen bimoteur, a aile basse, châssis et structure métallique et nez vitré. Le prototype est équipé de deux Piaggio P.XII-RC35, 18 cylindres refroidis par air d’une puissance de 1200 chevaux au décollage et de 1350 chevaux à 3500 mètres, actionnant des hélices tripales a pas variable Alfa-Roméo. Les ingénieurs de Cant évaluent la vitesse à 530 Km/h avec ce type de motorisation.

La capacité d’emport est de 12 bombes de 100 kg, transportées dans la soute interne. Des points d’emports externes permettent  d’accroitre la charge de 2000 kg.

L’armement défensif du Z.1018 se composait de quatre mitrailleuses:

  • 1 Breda-SAFAT de 12,7 mm dans une tourelle Caproni-Lanciani ventrale
  • 1 Scotti de 12.7 mm dans la tourelle supérieure
  • 2 Breda-SAFAT de 7.7 mm dans les ouvertures latérales du fuselage.

De plus, une mitrailleuse fixe Breda-SAFAT de7.7 mm  est montée dans l'aile droite, pour être utilisé pour l'attaque au sol ou en ligne droite de la défense.

Le premier prototype vola le 9 Octobre 1939. À la fin de 1939, cet avion avait effectué seulement 10 heures de vol, en raison de problèmes de fiabilité moteurs. Le projet prend beaucoup de retard, car la Regia avait prévu la mise en service des 32 premières machines a la fin de 1939.

Avec plus d'un an de retard, 100 unités du Z.1018 CANT sont finalement commandés le 31 Octobre 1940. Cependant, le 26 Décembre une commande urgente supplémentaire concernant 10 unités de présérie de l’avion fut passée. En raison de problèmes découlant de l'introduction de la cellule tout en métal, il est spécifié que les 10 avions de présérie soit construit en bois.

C'est un des rares, si ce n'est pas l’unique cas dans la construction aéronautique de construire en même temps une structure en bois et une en métal.

En plus de ce défi de conversion métal-bois, les demandes du gouvernement continuelles pour les modifications et améliorations ont ralenti la production. Enfin, le 5 Décembre 1941, le premier appareil de présérie en bois (MM.24290) effectue son vol inaugural et est testé pendant toute l’année 1942 où il atteint la vitesse de 524 km/h.

D'autres expériences sont faites avec plusieurs Z.1018. Pourtant, le 10 mai 1943, lorsque Tunis tombe face aux forces alliées et que la guerre en Afrique du nord est presque terminée, seulement 10 appareils sont achevés, dont plusieurs sont incomplets ou endommagés au cours des essais

Le 7 Juillet 1943, le 262 éme escadron, Groupe 107e Escadre 47e, reçoit les deux premiers avions de présérie mis en service. En Septembre 1943, un seul Z.1018 est encore en service, et aucun appareil n’a vu le combat.

Pendant ce temps, les premiers Z.1018 métalliques sont achevés. Le premier exemplaire (MM.507) est achevé le 22 Septembre 1942, mais le manque de moteurs et autres équipements entrave les efforts visant à compléter la première commande de 100 unités. Les deux exemplaires métallique suivant sont le MM.24824 version lourde chasseur de nuit et le MM.24826 version torpilleur.

Le MM.24824 est exceptionnellement bien armé, avec quatre canons MG 151 de20 mm et quatre mitrailleuses Breda de 12,7 mm dans le nez et les ailes. L’avion devait recevoir un radar Allemand Fug202, puis fut choisi un système italien du nom d’Argo, celui-ci étant capable de se caler sur des cibles navales, ou d’un radar Vespa, (ou Arghetto), plus petit, mais encore capable d'être utilisé pour chasser des cibles navales. Le résultat final de cet effort fut Lepre, un radar d'interception de l'air, le radar ultime développé en Italie pendant la guerre. Aucun de ces équipements ne fut monté sur l'avion de combat Z.1018 de nuit, qui n'a jamais été complètement équipé pour le combat.

Le MM.24826 est testé avec des torpilles, suivie par deux autres exemplaire, a Gorizia , dans une unité de formation de torpilleurs. L'avion s’est montré tout à fait capable d'effectuer cette tâche, mais les deux exemplaires ne furent pas exploités.

Dans l'ensemble, le CANT Z.1018 Leone fut un avion malchanceux. Ce programme fut entravé, par les demandes continues faites par la Regia Aereonautica.

Mais il y avait aussi des lacunes techniques:

  • Le fuselage était trop étroit pour accueillir convenablement son armement défensif
  • Il souffrait de nombreux problèmes de stabilité.
  • Le poste de pilotage offrait une très mauvaise visibilité à l’atterrissage.
  • Le poids supplémentaire d'un copilote était injustifié, puisque celui-ci avait une visibilité limitée et l'insuffisance des contrôles.
  • Fréquentes défaillances mécaniques
  • Les moteurs n'ont jamais été suffisamment fiables.

Ainsi, le Z.1018, théoriquement prêt pour la production, sans doute, pas avant la fin de 1941, n'a jamais été un succès. Même ainsi, le taux de fabrication du CRDA Cant Z.1018 n'était que de 15 avions par mois, et ses moteurs étaient trop peu fiables et fabriqués trop lentement par les industrielles concernées.

CANT  Z.1018 :

  • 2 Moteurs Piaggio P.XII RC35
  • 2 X 1200 Chevaux
  • 525 Km/h
  • 2 Mitrailleuses 12.7 mm et 2X7.7 mm 2000 Kg de bombes
  • 12000 Kg en charge
  • 7500 m de plafond pratique
  • 1250 km de distance franchissable
  • 4 Equipiers
cant-z-1018-b.jpg
z1018-6.jpg
z1018-5.jpg
cantz1018-10f.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site