Marcel Bloch Mb131

Marcel Bloch Mb131

 

La famille des Bloch Mb130 à Mb136 illustre les hésitations doctrinales, techniques et industrielles qui ont parcouru l'aéronautique militaire française avant la Seconde Guerre mondiale. Un seul type d'appareil est construit en série, le Mb131, pour un concept opérationnel que la technologie de l'époque ne permettait pas d'atteindre.

Dès la fin de l'année 1935, le concept du multiplace de combat BCR (bombardement, combat et renseignement) commence à perdre les faveurs de l'armée de l'air au profit d'appareils plus spécialisés. Marcel Bloch développe donc, parallèlement, un avion qui tout en dérivant de la cellule initiale de Bloch Mb130, possède une aérodynamique complètement redessinée.

Il s'agit du Bloch Mb131, un appareil beaucoup plus moderne, équipé de moteurs Gnome Rhône 14 Kirs/Kjrs de 870 chevaux. Le nouveau Bloch Mb131 était un avion de reconnaissance et de bombardement quadriplace qui n'a plus rien à voir avec son prédécesseur. Le Bloch Mb131 n°01 est construit à l'usine de Courbevoie et assemblé à Villacoublay où, il effectue son premier vol le 12 août 1936. Un second prototype, le Bloch Mb131 n°02, est présenté au salon de l'aéronautique de Paris de 1936.

Il peut emporter un cinquième membre d'équipage, la tourelle dorsale est déplacée et une tourelle ventrale est installée. Ce prototype effectue son premier vol le 7 mai 1937. Durant l'été 1937, époque à laquelle la Société Avions Marcel Bloch est absorbée par la Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO), les moteurs initiaux sont remplacés par des Gnome-Rhône 14N 10/11.

L'appareil est commandé en série avant même les essais du 01. Entre 1936 et 1937, cinq marchés pour un total de 142 MB 131 et MB 132 sont passés et remplacent le marché initial pour 40 exemplaires du type 130. En 1938, le plan V vient uniformiser ces commandes en modèles MB 131 seulement.

En raison de retards de fabrication, les premiers appareils ne sont réceptionnés qu'à l'automne 1938. C'est finalement un total de 141 machines qui sont prises en compte par l'armée de l'air, les prototypes 131, 132 et 133 étant remis aux normes des MB 131 de série.

A la veille de la déclaration de guerre, 109 sont en service dans ces unités. Malheureusement utilisés pour des missions de reconnaissance lointaines de jour sans escorte, ils ne font guère le poids face aux Messerschmitt Me 109 de la Luftwaffe. A partir d'octobre 1939, ils sont donc retirés de la première ligne et relégués aux missions d'entraînement, de remorquage de cibles et de tir en écoles, sauf quelques appareils aux GR I/36 et II/36.

Au 10 mai 1940, 35 MB 131 sont encore en service annexe dans les groupes de reconnaissance et 64 sont en unités d'entraînement. Du 3 septembre 1939 au 24 juin 1940, 8 appareils sont perdus, 4 abattus et 4 accidentés pour un total de 10 tués. A l'Armistice, 53 sont recensés en zone libre et, en novembre 1942, les Allemands en capturent 21 qui sont ferraillés.

Marcel Bloch Mb131 :

  • 2 Moteurs Gnome-Rhône 14N10/11
  • 2 X 910 Ch
  • 385 Km/h
  • 3 Mitrailleuses 7.5 mm 900 Kg de bombes
  • 8600 Kg en charge
  • 7250 m de plafond pratique
  • 1300 Km en distance franchissable
  • 4 ou 5 Equipiers

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site