Lioré Olivier Leo451

Lioré Olivier Leo451

 

Le Lioré-et-Olivier LeO 45 est un bombardier moyen français utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. C'était un monoplan à aile basse, de construction entièrement métallique, équipé d'un train rétractable et propulsé par deux moteurs de 1100 CV Hispano-Suiza.

Il s'agissait d'un bombardier très efficace, mais il arrive trop tard pour donner une contribution substantielle à l'effort de guerre. Bien que conçus avant la Seconde Guerre mondiale, il est resté en service jusqu'en Septembre 1957.

Le LeO 45 était équipé d'un canon de 20 mm sur le dessus qui protégeait l'avion des attaques de chasseurs par l'arrière. Afin de dégager l'axe de tir de ce canon, le constructeur avait opté pour la solution d'un double empennage (deux dérives) en place du classique empennage composé d'un unique gouvernail. De plus les dérives étaient au trois quart sous le plan horizontal de l'empennage, de sorte que leurs positions les plaçaient dans la zone de traînée des hélices qui perturbait leur fonctionnement et empêchait le pilote d'agir sur les commandes. L'avion, alors incontrôlable, pouvait faire des embardées au décollage, l'extrémité des ailes pouvant toucher le sol et l'avion faire le cheval de bois.

Dès juin 1940 l'armée de l'air française avait élaboré une procédure de décollage qui demandait à bloquer la roulette de queue de manière à la garder en contact avec le sol, puis de rejoindre la vitesse de 90 km/h, vitesse à laquelle le pilote devait pousser à fond le manche dans le tableau de bord pour soulever l'arrière de l'appareil au dessus des traînées des hélices. L'avion pouvait alors rejoindre sa vitesse de décollage sans danger.

Le LeO 451 de Lioré et Olivier était équipé de 2 moteurs Gnome Rhône 14N 48/49 de 1140 Cv, lui permettant d'atteindre la vitesse de 495 km/h.

Son armement était composé de 2 mitrailleuses de 7,5 mm en poste avant ventral, un canon de 20 mm en tourelle dorsale et une charge de bombes de 1500 kg.

Au début de la bataille de France,  le 10 mai 1940, seulement 54 des 222 LeO 451 qui avaient été livrés ont été considérés comme prêts pour le combat, le reste étant utilisé pour la formation, pièces détachées, modifications et réparations ou ayant été perdu.

Après l'opération Torch , qui a débuté le 8 Novembre 1942, les LeO 451 survivant en Afrique du Nord ont été utilisés principalement pour des fonctions de fret, mais ils ont participés a des missions de bombardement contre les forces de l'Axe au cours de la campagne de Tunisie .

Les Allemands n'étaient pas particulièrement intéressés par cet avion, mais le 21 mai 1943, la Luftwaffe a demandé à la Regia Aeronautica la reprise de plus de 39 Lioré et Olivier LeO 451 capturé par les troupes Italienne SNCASE a l’usine d’Ambérieu-en-Bugey (Lyon). La Luftwaffe qui prétendait avoir déjà acheté le Lioré, a donné en échange un stock de 30 D.520. Par la suite, le 451s ont été convertis en avions transport de carburant et des troupes.

Après la guerre, 67 LeO 451 ont été principalement utilisés en tant qu’avion d’entraînement et de transports. 

Lioré Olivier Leo451 :

  • 2 Moteurs Gnome-Rhône 14N48
  • 2 X 1140 Ch
  • 495 Km/h
  • 1 Canon 20 mm 2 Mitrailleuses 7.5 mm 1500 Kg de bombes
  • 11400 Kg en charge
  • 9000 m de plafond pratique
  • 2300 Km en distance franchissable
  • 4 Equipiers

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×