La bataille de Tarente

La bataille de Tarente est une opération aérienne de la Seconde Guerre mondiale qui a eu lieu la nuit du 11 au 12 novembre 1940.

Lors de cette nuit, connue également sous le nom de Nuit de Tarente (Notte di Taranto) ou Pearl Harbor Italien (en effet, le Japon s'inspira de cette opération pour son attaque de Pearl Harbor), la flotte de la Regia Marina Italienne, mouillée dans le port de Tarente, subit de grosses pertes suite à un torpillage massif par l'aéronavale de la Royal Navy Britannique.

La base navale de Tarente, comme toutes les bases navales italiennes, était bien équipée pour la réparation des unités endommagées grâce, surtout, à la présence de grands bassins de carénage et d'un arsenal disposant de toutes les pièces de rechange pour la machinerie et pour les armes.

battle-of-taranto-map-fr-svg.pngPar contre, la protection anti-aérienne et anti-torpilles des navires basés dans le port avait de graves carences. Les batteries anti-aériennes étaient insuffisantes tant du point de vue du nombre que du calibre.

À cela, il faut ajouter la faible protection nocturne due à l'absence de radar. Par conséquent, le repérage des avions ennemis en approche reposait sur de vieux projecteurs à faible portée, guidés par des aérophones datant de la Première Guerre mondiale.

En ce qui concerne la protection contre les torpilles, elle reposait sur des filets anti-torpilles, également peu nombreux à cause du manque de matière première dont souffrait l'industrie italienne.

La production de filets atteignait 3 600 mètres par mois à répartir entre toutes les bases italiennes et des 12 800 mètres prévus pour la protection des navires positionnés dans le golfe de Tarente, à peine un peu plus de la moitié était arrivée à destination et la plus grande partie n'était pas encore mise en place.

En août 1940, deux nouvelles unités de guerre de la Regia Marina entrèrent en service : les imposants navires de guerre Vittorio Veneto et Littorio.

D'une longueur de 238 mètres, ils développaient une vitesse maximale de 30 nœuds. La cuirasse seule pesait 13 600 t. L'armement se composait de 9 canons de 381/50 mm répartis en trois tourelles triples, de 12 canons de 152/55 mm et de 12 canons de 90/50 mm.

Ils étaient également dotés de 4 de 120/40 mm pouvant tirer des obus éclairant et 20 mitrailleuses anti-aériennes de 37/54 mm et 30 de 20/65 mm.

Deux mois plus tard, les troupes italiennes envahirent l'Épire, dans le cadre de la guerre italo-grecque, obligeant la Grande-Bretagne à s'impliquer militairement aux côtés de la Grèce, autant pour éviter que les Italiens ne finissent par contrôler la mer Égée, mettant ainsi en péril Alexandrie, que pour décourager la Turquie d'entrer dans le conflit au sein de l'Axe.

Cela entraîna une forte augmentation du nombre de convois maritimes britanniques partant de l'Égypte afin d'apporter une fourniture sans cesse plus importante de matériel de guerre aux ports grecs et à l'île de Malte, place-forte britannique stratégique située entre la Sicile et la Tunisie, près de laquelle passaient les convois maritimes italiens en route vers la Libye.

Ces manœuvres se déroulant à proximité de Tarente, l'amirauté britannique se méfiait des navires italiens qui y étaient basés et qui pourraient facilement rejoindre et couler ses convois maritimes.

La Royal Navy, en la personne du commandant en chef de la Mediterranean Fleet, l'amiral Andrew Cunningham, décida alors de préparer une opération destinée à couler ou endommager les unités navales italiennes basées à Tarente.

Elle perfectionna un plan d'attaque nocturne avec des avions torpilleurs Fairey Swordfish déjà mis au point en 1935 par l'amiral Lumley Lyster lors de la deuxième guerre Italo-Abyssine.

Le plan était très risqué et reposait essentiellement sur le facteur surprise. Les porte-avions d'où devaient décoller les avions accomplissant la mission devaient se rapprocher à moins de 130 milles marins de la côte italienne, au risque d'être découverts par l'ennemi.

En outre la rade devait être illuminée en recourant à des avions illuminateurs, pendant que les avions-torpilleurs volaient au ras de l'eau, pour éviter les batteries anti-aériennes et pour éviter que les torpilles ne s'enfoncent dans la vase de la rade. En fait, si les navires italiens avaient étendu les couvertures de fumigènes, la mission aurait certainement été un échec.

L'opération débuta le 6 novembre 1940: les navires de ligne Malaya, Ramillies, Valiant et Warspite, le porte-avions Illustrious, les croiseurs Gloucester et York ainsi que 13 destroyers, partirent d'Alexandrie vers Malte, dans les alentours de laquelle se trouvait le porte-avions Eagle. Le 8 novembre, alarmé par ces manœuvres dans la Méditerranée, le Commandement suprême de la Marine italienne envoya une unité de destroyers, torpilleurs et submersibles en patrouille dans le canal de Sicile et fit rassembler dans la base de Tarente la plus grosse partie de la force navale italienne.

Les navires britanniques atteignirent Malte dans la journée du 10 novembre et le jour suivant le porte-avions Illustrious commença à se diriger vers le point de rendez-vous pour lancer ses avions vers Tarente. Le porte-avions Eagle ne put par contre pas appareiller à cause d'une avarie moteur. Ce contretemps diminua le nombre d'avions disponibles mais n'empêcha pas l'opération d'avoir lieu.

Les avions britanniques effectuèrent des reconnaissances de Tarente jusque dans la soirée du 11 novembre, lorsque la Royal Navy apprit que les navires de ligne Andrea Doria, Caio Duilio, Conte di Cavour, Giulio Cesare, Littorio et Vittorio Veneto, les croiseurs lourds Bolzano, Fiume, Gorizia, Pola, Trento, Trieste et Zara, les deux croiseurs légers Luigi Savoia Duca degli Abruzzi et Giuseppe Garibaldi et plusieurs destroyers s'étaient regroupés dans les deux rades de Tarente. Pour citer l'amiral Andrew Cunningham: « Tous les oiseaux étaient dans le nid ».

87 ballons étaient prévus pour défendre le port, mais les mauvaises conditions climatiques des journées précédentes en avaient arraché 60 et ils n'avaient pas encore pu être remplacés à cause du manque d'hydrogène. Les unités navales étaient protégées par des filets anti-torpilles, mais seulement 4 200 des 8 600 mètres nécessaires pour une défense efficace étaient disposés.

Ces filets n'étaient en outre tendus qu'à 10 mètres de profondeur laissant ainsi un espace non protégé entre les filets et le fond marin. L'amiral Inigo Campioni avait en outre demandé à ce que les filets de protection soient placés à une distance permettant aux navires d'appareiller rapidement sans devoir retirer les protections auparavant.

À 20h30, les avions de la première vague d'attaque décollèrent du porte-avions Illustrious. Ils arrivèrent sur l'objectif quelques minutes avant 23h00 et furent accueillis par un puissant tir de barrage. Deux feux de bengale furent lancés pour illuminer le profil des cibles, pendant que 6 avions-torpilleurs Fairey Swordfish descendaient à bonne hauteur pour torpiller. Un premier avion, qui allait être abattu, lâcha une torpille sur le Conte di Cavour, qui lui déchira le flanc gauche, deux autres visèrent le Andrea Doria, sans parvenir à le toucher.

En même temps, 4 autres avions-torpilleurs endommagèrent les destroyers Libeccio et Pessagno et bombardèrent les dépôts de carburant. À 23h15, deux avions-torpilleurs attaquèrent en même temps le Littorio, le touchant à bâbord et à tribord, pendant que le dernier Swordfish lançait sans succès une torpille contre le Vittorio Veneto.

À 23h20, les avions de la première vague se retirèrent, mais à 23h30, arrivèrent ceux de la seconde vague. Malgré le tir de barrage, un premier Swordfish lança une torpille sur le Caio Duilio, le touchant à tribord, pendant que deux avions-torpilleurs touchaient le Littorio. Un autre avion visa le Vittorio Veneto qui fut une nouvelle fois épargné, pendant qu'un second Swordfish était abattu alors qu'il tentait d'attaquer le Gorizia.

Enfin, une dernière attaque endommagea gravement le croiseur Trento. Les derniers avions se replièrent à 0h30 le 12 novembre. L'attaque de Tarente avait fait 59 victimes. En 90 minutes, les avions-torpilleurs de la Royal Navy avaient causé des dommages considérables, la moitié de la force navale italienne était hors service.

Le résultat de l'incursion démontra surtout combien fut erronée la conviction selon laquelle les avions-torpilleurs ne pourraient toucher les navires à l'intérieur des bases, à cause des bas fonds, mais surtout, elle marqua un tournant dans les stratégies de guerre maritime, confiant à l'aviation et donc aux porte-avions un rôle essentiel dans les combats futurs.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site