Pierre LE GLOAN

Pierre LE GLOAN

Peut-être l’as de la chasse française le plus connu outre-Manche, l’énigmatique Pierre Le Gloan avait des origines modestes.

Fils de paysans, né le 6 janvier 1913, Le Gloan obtint une bourse d’état qui lui permit d’assouvir sa passion pour l’aviation et lui permit d’intégrer l’Aéronautique militaire en décembre 193 1.

Le 7 août 1932, le caporal Pierre Le Gloan reçut son brevet de pilote. Volontaire pour continuer de servir, il fut affecté à la 6’Il, escadre de Chasse, en septembre 1933. Reconnu parmi les meilleurs tireurs du groupe et doté des capacités nécessaires pour devenir leader de formation, le 20 octobre 1936 le Sgt Le Gloan fut qualifié chef de patrouille. Il passa sous-officier de carrière en février 1938 et suivit son unité en Afrique du Nord.

Lorsque le GC 111/6 fut formé à Chartres, le Sgc Le Gloan fut affecté à la 5eme escadrille. Equipée de MS.406, l’unité fut transférée à Betz-Bouillancy le 4 septembre 1939, avec pour mission de protéger Paris et la basse vallée de la Seine.

Le 10 juin, Mussolini décida d’attaquer la France, et trois jours plus tard, l’Adjudant Le Gloan abattit deux bombardiers italiens BR.20. Deux jours plus tard survint l’épisode qui le fit entrer dans la postérité comme le second pilote de la Seconde Guerre mondiale pour avoir abattu cinq avions au cours de la même sortie. Avec 11 victoires confirmées, Le Gloan était le premier as de son groupe.

Le Gloan et son unité se retirèrent en Afrique du Nord. En mai 1941 le GC 111/6 reçut l’ordre de prendre part aux opérations en Syrie, sous l’administration de Vichy. Pendant cette campagne, les Allemands trouvaient qu’ils avaient des opérations plus importantes à mener et ils laissèrent la défense du Liban et de la Syrie entièrement entre les mains de Vichy.

Durant une campagne qui dura à peine plus d’un mois, le sous-lieutenant Le Gloan abattit six Hurricanes et un Gladiator de la RAF, portant son tableau de chasse à 18 victoires confirmées et trois possibles.

À la suite du débarquement en Afrique du Nord, les forces de Vichy qui restaient rejoignirent finalement le camp allié. Le Gloan en faisait partie et le 13 août 1943, il reçut le commandement de la 3éme escadrille de son groupe, baptisée " Roussillon " et équipée de P-39. Le 11 septembre, Le Gloan et le Sergent Colcomb décollèrent tôt le matin pour une mission de patrouille côtière.

Pendant le retour de le Gloan à la base, le moteur stoppa brusquement et l’as tenta un atterrissage forcé. À son insu, le réservoir auxiliaire de l’avion de Le Gloan ne se détacha pas au largage et l’appareil disparut dans une formidable explosion au moment même où il toucha le sol.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site