Pierre Clostermann

Pierre Clostermann

33 Victoires dans la RAF

Considéré comme l'un des meilleurs pilotes français de la 2ème guerre mondiale.

Pierre Clostermann est né à Curitiba, au Brésil, le 28 février 1921. Il est le fils d’un diplomate Alsacien et d’une mère Lorraine, il fait ses études secondaires à Paris à l’école Notre Dame de Boulogne à Auteuil.

Trop jeune, il doit attendre 1941 pour pouvoir se présenter à l’école de l’air, il part retrouver ses parents à Rio de Janeiro où il passe son brevet de pilote en 1937.

Il pratique la voltige sur Büker « Jungman » sous la direction du virtuose Karl Bénitz (ce dernier trouvera la mort aux commandes d’un Me 109 en 1943).

Il part ensuite aux Etats-Unis, au « Caltech Ryan Collège » pour obtenir un diplôme d’ingénieur aéronautique ainsi qu’un brevet de Pilote commercial

Il rallie l’Angleterre en 1941 et rejoint les Forces Aériennes Française Libres début 1942, ou il aura le matricule 30.973

Comme tous les nouveaux arrivés, et quelle que soit leur formation d’origine, il passe par l’école de pilotage du Royal Air Force Collège à Cranwell où il vole sur Miles Master Mk.I et Mk.II.

C’est la qu’il croise la route d’un autres Français, qui restera son ami et qu’il retrouvera dans d’autres unités de combat, Jacques Remlinger, qui raconté cette anecdote célèbre de son entrevue avec le générale De Gaulle :

"Un jour, je fus convoqué par le Général. Je me suis donc rendu au quartier général des FFL à Londres. En arrivant, j’ai constaté que je n’étais pas le seul pilote français au rendez-vous, nous étions assez nombreux. Nous fûmes invités à goûter quelques pâtisseries, lorsque le Général entra dans la pièce. Après un petit discours, De Gaulle nous demanda, un par un, de lui raconter les circonstances de notre "évasion" depuis la France occupée. Chacun raconta ses aventures, un tel en volant un avion, un autre en bateau de pêche. Des aventures souvent plus extraordinaires les unes que les autres.

Puis vînt mon tour :

- "Et pour vous ?"

- "Je suis venu par le métro, mon Général."

- "Comment ça ?"

- "J’habite à Londres depuis quelques années, alors je suis venu en métro."

- "Suivant !" dit De Gaulle, visiblement déçu par l’aspect peu rocambolesque de mon aventure."

A sa sortie de l’Operational Training Unit 61 de Rednal où il est transformé sur Spitfire, il est affecté à un groupe de chasse français libre en cours de formation, le squadron 341, héritier du GC III/2 Alsace.

Ce squadron se retrouve en mars 1943 sur la fameuse base de Biggin Hill où il est équipé de Spitfire Mk IXB, le top des chasseurs britanniques. Il est ensuite détaché dans la Royal Air Force au Squadron 602 «City of Glasgow», qu’il rejoint à l’automne 1943.

C’est dans cette unité qu’il effectuera le plus grand nombre de missions, les avions qui lui seront affectés en propre porteront le code LO-D

Début 1944, le squadron 602 est basé dans le nord de l’Angleterre, dans les Iles Orcades en protection de la base navale de Scapa Flow. Il reviendra dans le sud au moment du débarquement. Le 602sqn occupe l’Advanced Landing Strip de Longues sur mer en Normandie du 25 juin au 12 Août 1944

En 1944 il effectue un court passage à l’état major de l’armée de l’air qu’il quitte non sans mal pour revenir en unité opérationnelle.

En décembre 1944, il est envoyé à l’Operational Training Unit d’Aston Down ou il est transformé sur Hawker Typhoon. A la sortie de cette formation, il est affecté au 274 squadron où il vole sur Hawker Tempest. Au début de 1945, il est affecté pour un séjour de 3 semaines au squadron 56 «Punjab», puis au Squadron 3 où il est commandant du A flight jusqu'à la fin de la guerre.

Pierre Clostermann vole pendant le conflit sur Spitfire IX et Tempest V Il baptise son dernier avion, « le grand Charles » clin d’œil  au général de Gaulle ou à Charles Guynemer, personne ne le saura jamais.

Démobilisé en 1945 avec le grade de capitaine, il devient ingénieur. Il est élu député d’Alsace en 1946 et est réélu 8 fois au parlement. Il va créer Reims Aviation qui construira 5000 appareils.

Il est vice président aux USA de la société Cessna, administrateur de Renault et des avions Marcel Dassault. Il reprend le service actif pendant la guerre d’Algérie et la terminera avec le grade de lieutenant colonel.

Il est titulaire des décorations suivantes : - Grand croix de la légion d’Honneur

- Compagnon de la libération

- Médaille militaire

- Croix de la valeur militaire

- Croix de guerre 39/45 (19 citations)

- Distinguished Flying Cross (GB)

- Silver star (USA)

- Air medal (USA)

- Chevalier de l’ordre du saint sépulcre de Jérusalem

Tableau de chasse de Pierre Clostermann:

Victoires homologuées en combat aérien :

- 19 Focke Wulf 190

- 7 Messerschmitt 109

- 2 Dornier 24

- 1 Fieseler 156

- 1 Junkers 252

- 1 Junker 88

- 1 Junker 290

- 1 Heinkel 111

Avions divers détruits ou mis hors de combat lors de mitraillages d’aérodromes :

- 7 Junker 88 et 188

- 6 Dornier 18

- 4 Heinkel 177

- 3 Arado 232

- 2 Focke Wulf 190

- 1 Junkers 252

- 1 Blohm et Voss

Appareils endommagés ou probablement détruits en combat aérien

- 6 Focke Wulf 190

- 6 Messerschmitt 109

Objectifs détruits au cours de mission d’assaut :

- 72 locomotives et trains attaqués

- 225 camions de transports routiers, dont une trentaine de citernes

- 5 tanks

- 2 vedettes lance torpilles

- 1 sous-marin de 500 tonnes en coopération

- Divers objectifs attaqués tels que raffinerie, pont...

Il totalise

- 2000 heures de vol dont près de 600 en vol de guerre

- 293 missions de guerre offensives à grand rayon d’action

- 97 missions d’assaut et de bombardement

- 40 missions de chasse défensive

         

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×