Edgar Johnson

Edgar Johnson

L’Air Vice Marshal James Edgar "Johnnie" Johnson (9 Mars 1915 - 30 Janvier 2001) était un pilote de la Royal Air Force (RAF), qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, a revendiqué 34 victoires sur les aéronefs ennemis confirmées, 7 partagées confirmées, trois probables partagée et 10 avions au sol partagées confirmées. 

Ce score fait de lui le plus haut des alliés occidentaux contre les pilotes de la Luftwaffe, devenant ainsi l’As britannique, avec le plus grand nombre de victoires sur le théâtre européen de la Seconde Guerre mondiale. Seuls Marmaduke PATTLE a fait aussi bien dans la RAF. (Mais toutes les revendications de PATTLE ne peuvent être vérifiées et confirmées. cf. la fiche de PATTLE).

Johnson a d'abord été rejetée par la RAF pour des raisons médicales (suite a une blessure au rugby mal guérie), mais le déclenchement de la guerre, et le besoin en pilotes ont fait accepter Johnson. 

Toutefois, sa blessure refait surface et Johnson manque la bataille d’Angleterre. Johnson a pris part à l'offensive sur l'Europe occupée à partir de 1941, et a combattu lors de la bataille de Normandie. Johnson a marqué sa dernière victoire en Septembre 1944, mais a continué à piloter pour des missions de combat jusqu’au dernier jour de la guerre.

Johnson poursuit sa carrière dans la RAF après la guerre, et a participé a la guerre de Corée. Johnson a finalement pris sa retraite en 1966, au grade d'Air Vice Marshal. Johnnie Johnson est décédé en 2001.

Formation: 1939-40

En août 1939 Johnson est mobilisé. Il passe l'année suivante, la formation à  la base d’Hawarden au le pays de Galles. Au cours de ses vols d'entraînement, l'inexpérience de Johnson l’amène a décroché s’écrasé avec son Spitfire. Johnson qui avait un harnais trop lâche, et se démis l’épaules. 

En se crashant, l’appareil de Johnson perdit une jambe du train d’atterrissage, forçant ses collègues a s’écarter en urgence de la piste. Le commandant excusera Johnson, car la piste d’atterrissage était très courte, expliquant la difficulté pour un pilote inexpérimenté. Mais Johnson eu l'impression qu'il serait surveillé de près, et a estimé qu’il ne lui fallait plus faire d’erreurs.

Après sa formation, il est envoyé au 19éme escadron au mois d’aout pour un stage d’officier pilote, puis il est rapidement transféré au 616éme escadron a Coltishall.

A cette époque Johnson n’avait que 205 heures de vol dont 23 sur Spitfire, et sa blessure continue de le faire souffrir, notamment pendant les phases de vol. Il choisit donc de se faire opérer, ce qui lui valut de manqué la bataille d’Angleterre.

Johnson avait bien essayé « d’emballer » son épaule blessé avec de la laine maintenue par du ruban adhésif et de serrer les sangles pour réduire au maximum les vibrations lors des vols et notamment la pression des plongées.

Mais il se rend compte rapidement qu’avec cette solution, ses mains s’engourdissent et qu’il perd les sensations de vol.

Il essaye aussi de piloter de la main gauche, mais le Spitfire nécessitant l’emploi des deux,  même pour de simples manœuvres, cette solution ne lui convient pas.

Finalement, il se rapproche d’un médecin pour ce problème et espère un traitement discret, mais est envoyé a l’hôpital de la RAF a  Rauceby et se voit retiré ses fonctions de pilote.

Il ne sera de retour a l’escadron qu’en décembre 1940.

En mission: 1941-1943

Johnson est renvoyé en service actif au début de l’année 1941 à l’escadron 616 faisant parti du groupe du Wing Commander Douglas Bader (22 victoires).

Il vole sur de nombreuses versions du Spitfire et en Mai 1941, il ouvre son compteur en abatant un chasseur BF109.

Le 9 aout 1941 il prend part a une mission, dans laquelle Douglas Bader se fait abattre au dessus de la France et abat son 2éme BF109.

Suite a des nombreux combat aériens au cours de l’été, Johnson est promu commandant du 610éme escadron, qu’il dirige d’ailleurs lors de l’opération Jubilée dans le ciel de Dieppe. Il y abat un FW190.

En mars 1943, il prend le commandement d’une escadre canadienne a la base RAF de Kenley et malgré la résistance initiale d’avoir un chef britannique, ces hommes reconnaissent les qualités du personnage. L’unité est équipé de Spitfire Mk IX est effectue de nombreuses missions offensives, ainsi que l’escorte des bombardiers de l’USAF.

En juillet 1943, Johnson ajoute 14 appareils a son tableau de chasse, ce qui l’amène a  un total de 25 victoires lorsqu’en septembre il obtient une promotion au quartier général du Groupe 11 ou il est en charge de 144 appareils du RCAF ( Royal Canadian Air Forces) jusqu’en mars 1944.

De la Normandie a l'Allemagne: 1944-45

De mars à juillet 1944, Johnson ajoute a son palmarès 10 autres victoires.

Après le débarquement en Normandie, en juin 1944, Johnson abat son 30éme appareils au dessus d’Argentan et deux jours plus tard détruit trois autres BF109 dans la même zone.

Le 30 juin 1944 il signe sa 33éme victoire.

Suite a cela, Johnson prend le commandement du 443émé escadron, qui patrouille prés de Paris et abat de nouveau 2 BF109 et ce après avoir été touché dans la gouverne par des obus ennemies.

La dernière victoire de Johnson survient le 27 septembre 1944 prés de Nimègue au Pays-Bas, lors d’un accrochage avec une formation de neuf BF109.

Au cours des dernières semaines de la guerre et jusqu’en mai 1945, Johnson a effectué des patrouilles autour de Berlin et Kiel.

Au cours d’un vol au dessus du centre de l’Allemagne l’escadron de Johnson attaqua un aérodrome de la Luftwaffe, en mitraillant un groupe de 11 BF109 qui se préparer au décollage. Puis lors d’une autre mission Johnson intercepta un FW190, l’appareil en le voyant se mit a battre des ailes en signe de réédition et l’escadron l’accompagna sur une base de la RAF.

Pendant toute la guerre Johnson a effectué 515 sorties, a revendiqué 34 victoires confirmées, 7 autres partagées confirmées et dix appareils endommagés au sol.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site